La pépinière Théâtre 7 rue Louis Legrand - 75002 Paris - Métro Opéra
09 51 23 28 42

Charte des Cours Peyran Lacroix

La mer est un espace de rigueur et de liberté
Victor Hugo

1) Pourquoi une charte ?

L’idée de la charte est de sortir du cadre de ce que peut représenter un simple règlement qui lui, n’engage que les obligations légales. C’est également un formidable moyen de communiquer sur les valeurs fondamentales de notre école.
Faire apparaître cette charte sur notre vitrine permet à chaque personne qui souhaite nous rejoindre, de se faire une idée de ce que sont nos bases fondamentales, ainsi que les engagements que nous prenons toutes et tous individuellement au service d’un collectif. C’est également, de mon point de vue, un moyen de s’aligner ensemble sur le sens que nous donnons à ce que l’on fait et le « pour… quoi » nous le faisons,  au-delà  d’une simple relation de formation et/ou d’accompagnement.

2) Comment l’analogie marin / comédien s’est-elle  imposée ?

J’ai toujours assimilé « l’artiste » à un flibustier et depuis que j’ai démarré le théâtre  je n’ai cessé d’y voir des liens. Je  trouve également que la mer est une magnifique métaphore du chemin de vie que nous parcourons dans nos métiers artistiques. Notre école est un comme un navire qui prend la mer chaque saison pour un long voyage, de port en port au gré des saisons, offrant expériences et aventures humaines riches et puissantes.
Concernant notre charte, en tant que bon « flibustier »  j’ai pris comme référence « Aux Frères de la Côte » . Il s’agit à la fois  d’un clin d’œil, d’une fantaisie personnelle et son contenu représente les valeurs qui nous animent et que nous portons.

N’oublions pas également que beaucoup de superstitions dans les théâtres viennent du monde naval…

Octalogue

I– Exécute avec respect les indications du capitaine comme si elles étaient celles de ton père spirituel ou de ton frère aîné.

II– Sans crainte comme sans relâche, emmène ton navire en eau vivante, cette mer qui fut créée pour lui et où tu connaîtras des heures merveilleuses qu’aucun terrien ne connaîtra jamais.

III– Ne cache, ni tes échecs, ni tes déboires, ni tes erreurs, afin que tes frères évitent les écueils, et si tu parviens à réussir mieux qu’un autre, partage avec tes frères tes connaissances en toute confiance et simplicité.

IV– N’attaque jamais avec des armes ou de mauvaises paroles, un frère de ta même baie, ni d’aucun autre littoral.

V– Ne sois pas envieux du navire de ton frère, ni de ses voiles, ni de ses moteurs, ni d’ailleurs de son équipage.

VI– Amène le marin sans port dans ta baie et s’il ne possède d’autre richesse que son cœur, embarque-le, et considère-le comme ton frère.

VII– Ne sois ni orgueilleux, ni violent, si tu l’es, tu feras que tes frères s’écartent de toi, pense à tes frères dans les coups de tabac et essaie d’être celui que tu décriras.

VIII– L’amour de la Mer doit être le culte de tes jours, fais-lui des sacrifices et observe ses lois.

 

(Us et coutumes fondés sur une discipline librement consentie, sur la tolérance, la prévenance et une solidarité approchant de la perfection.

Hommes libres par excellence, fiers marins, guerriers au courage insensé, aptes aux plus folles générosités, impitoyables aux lâches et aux fourbes.)

 

Santiago du Chili
Septième jour de novembre 1951
Enselmo HAMER, et Dr Alfonso LENG, Fondateurs de la Hermandad de la Costa

Newsletter