Julien VERDIER

Julien Verdier a commencé sa carrière professionnelle dans le graphisme. En parallèle, il développe sa passion pour l’image, à travers la photographie qu’il pratique assidûment sur son temps personnel, il développe ses compétences techniques autant sur les logiciels de retouches d’image que son œil. à cette même époque, il se lance également dans la réalisation de ses premiers courts métrages, en compagnie de son frère Benoît.

En 2005, il s’installe à Paris et devient graphiste free-lance. Il continue toujours son travail photographique et certaines de ses prises de vue sont publiées dans des livres ou servent de support à des affiches pour des campagnes dans le métro parisien.
C’est à cette période qu’il se lance dans la découverte du jeu d’acteur au Cours Peyran Lacroix. Il s’exerce en parallèle de son activité professionnelle et durant cinq ans il étudie tous les aspects du travail de la scène. Il jouera dans plusieurs pièces de théâtre et courts métrages, un de ceux-là étant sélectionné au Festival de Cannes en 2011.
Travaillant toujours en collaboration avec son frère sur des courts métrages, il décide de s’engager plus dans ce domaine.

Mêlant ses connaissances en photographie et son expérience de graphiste, il s’intéresse au métier de cadreur. Tout en continuant d’officier en tant que graphiste, sur des affiches de théâtre notamment, il crée avec son frère l’association Bleu Bahamas pensée comme un laboratoire de la vidéo. De très nombreux films sortiront de ce groupe énergique. L’association est approchée par des entreprises pour travailler sur des films institutionnels, avec une petite spécialité dans le milieu médical.
En 2013, Benoît et Julien commencent le travail d’écriture sur leur premier documentaire : TERRE LIBRE. Ils abordent le thème de l’agriculture et de son image dans les médias. Le film sort en juin 2016 et est projeté en cinéma de province et à Paris. Un deuxième film documentaire voit le jour en février 2017 : C’est combien ? Le sujet du proxénétisme est abordé et le film met à jour les idées reçues sur la prostitution. Il est projeté en avant-première à l’Hôtel de l’Industrie en mars 2017 et obtient le soutien du Ministère de la Justice.

Ces expérience multiples ont poussées Julien à s’associer avec son frère pour continuer l’aventure, à la recherche de l’image juste, celle qui touche le spectateur.